ldenis-nb

« Oui à un espace d’échanges et de partage d’expériences spécifique au Biotesting ! »

Pharmacien et immunologiste, Laure Denis a rejoint les Laboratoires Servier en 2019 pour être chef de projets des méthodes biotechnologiques et experte analytique dans les thérapies innovantes. Au sein du laboratoire, les projets de développement visent aussi bien des anticorps monoclonaux que des cellules CAR-T dans le cadre des thérapies cellulaires et géniques, deux domaines innovants et expérimentaux en plein développement.

Les Journées POLEPHARMA du Biotesting, qui se tiendront les 11 et 12 puis les 18 et 19 mars 2021 en digital, constituent pour elle l’occasion unique d’échanger entre homologues, et avec des experts, pour avancer ensemble dans la même direction dans un secteur de premier plan pour la santé et les sciences de la vie.

 

Quel est votre parcours et sur quels dossiers travaillez-vous actuellement ?

Pharmacien et immunologiste, j’ai commencé à travailler à l’hôpital en biologie dans un service d’immunologie, puis j’ai évolué vers l’industrie pharmaceutique et biotechnologique en intégrant Stallergenes-Greer pour travailler en développement analytique dans le domaine de l’immunothérapie allergénique. Mon arrivée chez Servier l’année dernière au sein de l’Institut de Recherche à Suresnes (Hauts-de-Seine), où se situe le siège social, est encore récente. Comme chef de projets des méthodes biotechnologiques et experte analytique sur les produits de biothérapies innovantes, je travaille plus spécifiquement sur les anticorps monoclonaux et les thérapies cellulaires et géniques, en particulier les cellules CAR-T pour mettre au point des médicaments candidats dans l’immuno-inflammation, l’immunologie et l’immuno-oncologie qui sont des axes thérapeutiques privilégiés par Servier pour l’avenir. Je suis en lien avec le centre de développement analytique de Technologie Servier à Orléans (Loiret), le berceau historique du laboratoire, non loin du site de bioproduction de Gidy, également fer de lance de la stratégie.

 

Face aux défis que vous vivez au quotidien, pourquoi les Journées Polepharma du Biotesting sont-elles importantes pour vous ?  

Il existe peu d’événements sur le biotesting spécifiquement, soit l’analytique appliquée aux biothérapies. En général, le développement analytique est une composante intégrée à des congrès plus globaux sur les biothérapies. Il est donc intéressant pour nous d’assister à un événement dédié et d’avoir un espace de partage pour se rencontrer, échanger sur nos expériences et s’enrichir de nos expertises au travers de conférences de spécialistes, mais aussi de tables-rondes et d’ateliers plus concrets. Ces Journées POLEPHARMA du Biotesting sont aussi l’occasion de porter un regard critique  sur les outils qui seront utilisés pour caractériser et libérer des biomédicaments. En tant qu’experte sur les méthodes biotechs, c’est un moment privilégié me permettant d’avoir un état des lieux des avancées technologiques sur le biotesting, mais aussi d’échanger sur les approches méthodologiques, les stratégies de développement et validations/transferts, ainsi que les aspects réglementaires en constante évolution et construction avec les autorités.

 

Dans cet environnement de travail collaboratif, quels sont les sujets à ne pas manquer pour les entreprises de Polepharma ?

Nous avons un enjeu à relever tous ensemble qui est de gagner en rapidité d’analyses pour mieux accompagner le développement du biomédicament. C’est d’ailleurs le thème fort de ces Journées POLEPHARMA du Biotesting qui mettront en avant les moyens d’y parvenir en agissant sur l’automatisation, la digitalisation, la rapidité des tests ou le développement de méthodes analytiques innovantes. Ces axes d’évolution sont essentiels pour être plus efficace, mais aussi pour disposer de méthodes analytiques plus adaptées aux spécificités des produits, plus reproductibles, plus robustes et plus fiables, jusqu’à la caractérisation et libération du biomédicament, en répondant aux normes de qualité. Avec l’enjeu majeur de passer de l’étape de développement au choix du procédé de fabrication avec la connaissance parfaite du produit et la confiance dans sa qualité et sa sécurité pour le patient. Je fais notamment partie d’un groupe de travail sur la standardisation des méthodes de développement analytique appliquées aux thérapies cellulaires, une démarche complexe à mettre en place pour les produits biologiques issus du vivant. C’est en travaillant avec différents groupes d’experts, à partir de la mise en commun des données et des enseignements tirés, que nous pourrons avancer de manière plus rationnelle et constructive, et dans la même direction.

 

C’est une première participation pour Servier aux Journées POLEPHARMA du Biotesting.

Pourquoi s’engager maintenant ?

 

Cette seconde édition, qui se veut axée sur les avancées analytiques pour accélérer les développements et la mise sur le marché des biothérapies, est une chance que nous devions saisir ! C’est l’opportunité pour Servier de se positionner sur les stratégies et d’apporter de la visibilité. Nous souhaitons participer et surtout se montrer acteur majeur de l’évolution des biothérapies dans un esprit de partenariat avec Polepharma. Véritable Think Tank sur le Biotesting, les Journées POLEPHARMA du Biotesting serviront également d’outil de partage d’informations, de mise en réseau et de coordination. Un fil rouge dans le temps, animé par Polepharma, avec des retombées et des avancées dont toute la filière pourra bénéficier. Profitons-en donc pour se pencher sur les questions de fond !

 

Propos recueillis par Marion Baschet Vernet

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos collègues

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *